baniere docsanscible.fr

Accueil > Sociétale > Économique > Facebook cherche-t-il à livrer les opposants pieds et poings liés (...)

Facebook cherche-t-il à livrer les opposants pieds et poings liés ?

dimanche 11 juin 2017, par Latika

Au départ une idée sympathique de Mark Zuckerberg : un réseau social où la convivialité serait garantie par l’usage de son vrai nom plutôt que d’un pseudo.

Le profil "Mark Zuckerberg"

"Zuckerberg" en allemand signifie "montagne de sucre" ; très probablement issu à l’époque des betteraves sucrières blanches, donc sans doute des immenses tas de betteraves avant transformation puis extraction de la substance recherchée, mais passons là car le but de cet article n’est pas étymologique. Contentons-nous de remarquer qu’un nom comme "Marc Montagne de Sucre" lorsque l’argent coule à flot et que l’on devient le plus jeune milliardaire du monde prédestine sans doute à devenir Bisounours :)

Si vous souhaitez des détails à propos de Mark Zuckerberg vous pouvez consulter sa page Wikipedia

Le site "facebook.com"

Site Web conventionnel qui, en l’échange de votre vrai nom et d’un email, vous permet de vous créer un compte gratuitement. À l’aide de ce compte auquel vous pouvez vous connecter h24 vous téléversez et gérez des objets : de longs textes, des images, des vidéos, et les montrez à qui vous le décidez. La richesse de ses fonctionnalités, son coté non limité dans le nombre des objets comme dans la longueur de ses textes, la présence d’un tchatte utilisateur évolué, la possibilité de faire partie de groupes, de pouvoir créer des pages promotionnelles et tant d’autres choses lui confèrent sans aucun doute le succès qu’il connaît.
Vous pourriez être intéressé par cet article qui fait des éloges à Facebook - ou pas ! :) et aussi par celui-ci.

Techniquement Facebook fait partie des sites les plus avancé. Basiquement écrit en PHP qui est un langage qui permet à un serveur de générer des pages personnalisées, il est enrichi d’autres langages comme le JavaScript qui permet quand à lui de faire travailler votre machine à vous pour générer les pages plutôt que les serveurs de Facebook, ce qui permet de limiter la charge de travail sur les serveurs et donc de minimiser les coûts de fonctionnement. Car il ne faut quand même pas faire que déconner non plus :) disons que comme l’électricité qu’utilise le principal data center de Facebook est d’origine charbonnière...

Les datas centers de Facebook gèrent l’affichage des pages. Les objets : longs textes, images, vidéos, sont gérés par des serveurs externe. À la connexion les serveurs de Facebook vous fournissent les trames des pages demandées : profil, fil d’actualité, pages promotionnelles, groupes, pages paramètres, pages de connexion, pages d’aide... remplissent le cas échéant avec quelques-unes de vos informations personnelles, vous fournissent parfois en les générant rien que pour vous adaptés plusieurs fichiers scripts qui contiennent les adresses des objets, et vous envoient le tout. Vous - enfin : votre navigateur - se rend aux adresses quérir les objets : publicités, images, autres scripts... va faire coucou aux différents trackers histoire de vous faire suivre sur le site - tout ceci n’est que du grand classique de l’affichage des pages Web aujourd’hui :) - votre machine à vous mouline enfin le tout et vous génère la page demandée. Voici pourquoi lorsque vous naviguez sur Facebook vous ramez globalement plus que sur d’autres sites comme par exemple le docsanscible.fr qui eux génèrent les pages pour vous et vous les expédient toutes faites :)

Les objets sont gérés sur d’autres serveurs disais-je. Chaque objet est situé au bout d’une adresse Web toute simple comme par exemple celle-ci :
https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/395141_405186312880363_586723357_n.jpg?oh=f3db34ad7fb093193a6adc9625563b10&oe=5A6F37B9
Vous pouvez voir cet objet dans Facebook uniquement si vous en avez le droit. Néanmoins tout le monde peut voir cet objet à cette adresse sans condition.
Je vais le dire autrement afin que ce soit bien clair : quelque soit la confidentialité restreinte de l’objet dans Facebook, cet objet est visible sur le Web par n’importe qui en ayant l’adresse.
Et je vais même aller plus loin : si vous supprimez cet objet dans Facebook alors Facebook en retirera tous les droits de lecture à tout le monde. Cet objet ne sera alors plus visible à qui que ce soit depuis Facebook ; pourtant il ne sera pas pour autant effacé des serveurs ou il est enregistré et restera présent au bout de son adresse Web !
Ces photos compromettantes que vous ou quelqu’un d’autre aviez mise sur le réseau social, puis restreintes voire supprimées, restent présentes sur des serveurs dédiées à cet usage, accessibles au commun des mortels via son adresse Web.
Ça pique un peu n’est-ce pas ? :)

Fort heureusement les moteurs de recherches classiques du ClearWeb autres que ceux du groupe Facebook n’indexent pas la plupart de ces objets. Enfin : ainsi leur en est-il demandé à l’aide du fichier robots.txt. Leur découverte reste donc difficile, peu probable. Nous voici rassuré(e)s !? :)
Pour l’instant l’état de la chose est celui-ci. Après les moteur de recherches sont tout à fait libres de faire ce qu’ils veulent et d’indexer quand même ces documents sans les divulguer ; à rajouter aux indexations connues des moteurs de recherche du groupe Facebook, des bases de donnée de ces objets existent donc. Lorsque l’une d’entre est divulguée alors la découverte de ces objets devient rapidement... moins improbable !
Vous voici donc également prévenu(e)s !

Les buts de Facebook

Avoués commerciaux : recouper les données et en extraire des statistiquess qui sont ensuite revendus. Mais si vous explorez bien le règlement communautaire jusque dans les coins alors vous vous apercevrez que Facebook s’abroge purement et simplement tout ce qui vous concerne ; ce sont les objets que vous y téléversez de votre plein gré bien entendu, mais ce sont aussi vos informations de connexion (IP, résolution d’écran, plugins utilisés, heures et durée des visites, pages visitées, votre navigateur, votre système d’exploitation...) jusqu’à vos comportements les plus intimes comme le tracking des mouvements de votre souris par JavaScript ou même comportementaux.

Cette fois-ci vous n’êtes plus prévenus mais avertis :)

Je ne quitterais pas ce paragraphe sans vous informer que la présence des boutons de partage réseaux sociaux sur les sites que vous visitez informe Facebook de votre passage, que vous y ayez un compte ou pas, et j’en aurais terminé avec les buts de Facebook.

Facebook et anonymat

A l’image de l’Electronic Frontier Foudation c’est toute l’Internetosphère qui clame le droit à l’anonymat. Cela peut aisément se comprendre puisque la lutte contre les régimes totalitaires existants ou, dans d’autres endroits, sous-jacents, sous forme de milices officieuses, des choses comme ça, réclame que les lanceurs d’alerte soient protégés des moyens de pressions et autres tentatives d’intimidation lorsque ce n’est pas directement des pressions physiques par un droit à l’anonymat.
Avant même Internet la loi française par exemple autorisait l’utilisation des noms d’usage afin de protéger les auteur. N’est-ce pas notre Johnny Hallyday national ? :)

Mais Mark Zuckerberg n’en a cure. Lui veut de vrais nom ! Ce faisant il inscrit Facebook au rang d’OVNI dans le paysage Internet. Comme il n’a aucune légitimité à exiger systématiquement des documents officiels le voici alors confronté aux jugement arbitraires : lui oui, elle oui, et lui non. Sur quel critère, la dénonciation ?

Il semblerait effectivement que ce soit le critère de tri. Tant que vous vous tenez tranquille tout va bien, si vous vous agitez vous vous exposez à ce que Facebook vous pose des questions qui peuvent aller jusqu’au papiers d’identité.

On en arrive donc au paradoxe :

  • Que les pseudonymes requalifiés (abusivement, si-si !) "faux-profils" sont légions puisque tacitement admis d’entrée,
  • Que Facebook n’est pas indemne de fascistes puisque ceux-ci utilisent automatiquement de faux-noms,
  • Que les personnes qui utilisent leur vrais noms sont victimes de la grave injustice qui consiste pour eux à ne pas pouvoir s’exprimer librement puisqu’il leur est possible de subir des pressions anonymes,
  • Qu’il convient d’utiliser la délation plus vite que l’autre sous peine d’en être victime. Dégainer le premier, exactement ! Comme dans les duels !
  • Facebook réseau social pacifié est donc truffé de règlements de comptes :)

Ressemblant donc plus a la grande rue centrale d’une ville du Far-ouest d’un quelconque film hollywoodien avec ses cow-boys et ses indiens, ses shérifs et sa cavalerie, ses méchants et ses gentils, ses balles ciblées ou perdues, ses saloons, et chambres d’hôtels glauques, ses balcons et toits ou s’embusquent les snipers, ses héros solitaires et ses truands avec beaucoup plus de six coups dans leurs pistolets, ses voleurs de chevaux... bref : Facebook est donc loin du réseau social apaisé et sécurisé qu’il clame vouloir être !

Mais le plus beau de l’histoire...

...c’est qu’à agir de la sorte Facebook se prive des lancements d’alerte en provenance des pays en révolution, guerre, chauds militairement parlant et où la démocratie est loin d’être avérée. Des scoops qui buzz quoi :) Ce qui est, vous en conviendrez aisément, ballot n’est-ce pas ? ;)
C’est pourquoi dans un magnifique élan p̶a̶r̶f̶a̶i̶t̶e̶m̶e̶n̶t̶ ̶o̶p̶p̶o̶r̶t̶u̶n̶i̶s̶t̶e̶ de grande générosité, Facebook a autorisé les connexions via le réseau Tor qui ne l’étaient pas auparavant, et même - luxe suprême - s’est doté d’une adresse en .onion afin de pouvoir être présent dans le Web caché !

Facebook dans le DarkWeb ? Voici qui a le mérite d’être intéressant !

Facebook, Tor, et le DarkWeb

Petit rappel : à l’origine le Web caché ou DeepWeb ou même DarkWeb si vous préférerez, les sites dont l’adresse commence par http(s) et dont l’extension est .onion là où en surface vous voyez .com, .org, .net, .fr... accessible uniquement avec des outils tels que Tor, I2P, etc... a été conçu pour préserver l’anonymat. Et c’est pour cela que l’on y trouve de la drogue, des armes, de la prostitution, du trafic d’organe, des bases de données piratées avec par exemple des emails ou des numéros de cartes bancaires, des services de tueur à gage, des hacker de hauts niveaux, et autres joyeusetés dont on nous rebat les zoreilles pour justifier le flicage du Web de surface où ils ne sont pas m’enfin passons.

L’anonymat serait-il donc soluble dans le Facebook ? :)

  • À partir de quel niveau ? Quel en sont les critères ?
  • Existe-t-il des catégories d’internautes, par exemple "usagers lambdas", ou "rebelles", "administrateurs", "artiste", "politicien", "emmerdeur", ou encore "opposants", "lanceur d’alerte", etc, qui justifieraient une inégalité de traitement ?
  • Est-ce "à la gueule du chaland" ? Au jugement express d’un admin ou un autre et tant pis pour l’usager si l’admin en question a passé une mauvaise nuit ?
  • Y a-t-il d’autres critères plus ou moins arbitraires ?
  • Si je suis traqué dans mon pays et que je dénonce des horreurs sous pseudonyme via Tor sur Facebook, et que les faschos de mon pays me signalent en masse à Facebook comme étant un faux-profil, est ce que mon compte sera "provisoirement suspendu" à une capchca, une identification d’amis , ou vais-je recevoir ceci

    qui, si j’accepte afin de ne pas perdre mes précieux contacts extérieurs, me livre pieds et poings liés aux fascistes de mon pays, et peut-être aux geôles, aux traitements inhumains et dégradants, toussa toussa quoi ?
  • Et enfin cerise sur le gâteau :
    Ou commence l’état de non-droit, ou s’arrête l’état de droit ?
    Si je suis dans une démocratie n’ai-je pas le droit d’être en désaccord ? Puis-je m’exprimer librement sans crainte aucune des représailles ?

Il serait judicieux que réponses soient fournies à ces questions...

Dans l’état actuel de la politique communautaire de Facebook et face à leur complète incapacité a empêcher les fascistes d’exercer une certaine terreur sur le réseau social Facebook, nous réclamons prestement le droit avéré et inaliénable à l’anonymat afin de pouvoir contrer les argumentaires moisis distillés par des personnes malintentionnées qui font des ravages dans les cerveaux de notre jeunesse sans craindre l’irruption d’administrateurs Facebook mal avisés des problématiques et qui, dans l’application abrupte d’un règlement de modération sans commune mesure avec les réalités, prennent des décisions dont l’injustice est parfois flagrante et lourde de sens.

Comme tous les Bisounours Mark Zuckerberg est aveugle quand aux dangers qu’il couvre. Comme tous les Bisounours Mark Zuckerberg n’a pas conscience à vouloir donner la parole à tout le monde que le fascisme n’est pas une opinion mais un délit. Comme tous les Bisounours Mark Zuckerberg s’arrête à la belle image sans chercher qui se cache derrière le masque qui s’avance.
Comme tous les Bisounours Mark Zuckerberg cultive aussi naïvement qu’involontairement le fascisme, et vu la puissance des joujous qu’il a dans sa main cela doit cesser immédiatement !

Il devient plus que temps de réagir car les petits copinage bruns commencent à apparaître plus qu’évidents :)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.