baniere docsanscible.fr

Accueil > Numérique > S’avertir > Moi, internaute acquis comment puis-je être un peu éfficace ?

Moi, internaute acquis comment puis-je être un peu éfficace ?

Les bons outils pour les bons protocoles

samedi 23 janvier 2016, par jules

(suite du tom 1)

De tous les outils celui que vous utilisez le plus est sans doute le navigateur.

Le navigateur

Voir "L’internaute de base"

Les emails

Le non-sens qui tue : consulter ses emails dans le navigateur.

Pourquoi ?

Parce que les systèmes de messageries sont les plus anciennes applications de l’Internet, bien avant que l’on ait su afficher une page Web. Ils datent du temps où l’on ne savait que faire de ces grosses machines capables de mâcher des calculs à la pelle à part mâcher des calculs à la pelle juste dans le but de mâcher des chiffres à la pelle. À un moment a été donné la possibilité de générer du texte ; il devint lors possible d’envisager de se transmettre des messages. Cependant le premier message textuel interprétable d’un opérateur à un autre au sein d’une même machine a sans doute réellement du être un évènement !
Ensuite les machines sont devenus capables d’éditer des documents et ont été reliées entre-elles, en réseaux, de plus en plus grands, jusqu’au réseau mondial. Les messages d’une machine à l’autre se devaient donc d’être. Les protocoles emails qui en découlent directement sont donc des plus anciens, bien avant que l’on n’aient su afficher des pages en ligne dans un navigateur.

À la base les emails fonctionnent donc de machine à machine, peer-to-peer (Internet entier est peer-to-peer). Votre machine est donc toute à fait capable d’envoyer un email à une machine distante sans avoir à passer par une machine tiers.
J’ai écrit "à la base" car depuis de l’eau à coulé sous les ponts...

Comment en est-on arrivés aux emails dans les navigateurs ?

  • parce que l’envie d’apprendre, le temps d’écrire quelques réglages perso et préférences dans quelques fichiers systeme, d’ouvrir deux ports sur le réseaux a manqué de présence,
  • parce que nos machines s’arrêtent souvent au moins la nuit, et que les emails ne peuvent pas (trop) patienter sur le réseau,

Pour ces raisons nous avons confié à des machines distantes le soin de recevoir et d’envoyer nos emails en utilisant leur nom de domaine. Parce que le web donne à lire les adresses emails qui y sont imprudemment écrites (ou volées) qui remplissent ensuite les bases de données des spammeurs qui eux piratent l’utilisation de petits domaines afin de réaliser leurs mailings de masse, s’exerce à présent le blacklistage des petits domaine par les grands, et les courriels de ces petits domaines parviennent souvent directement dans les indésirables des grands domaines.

Via le protocole https (ou même parfois http!!) nous nous connectons donc à des serveurs distants qui ont reçu pour nous nos courriers, nous les ont conservés, nous les délivrent, et sont capables d’en envoyer. La contrepartie est que nos emails ou courriers électroniques sont gérés par des machines qui ne nous appartiennent pas, y demeurant si nous ne les effaçons pas ad vitam æternam avec les risques que cela comporte qu’ils y soient lus.
Alors qu’il suffirait finalement de peu pour avoir une belle adresse du type : moi@ma_machine :)

Est-il possible d’améliorer cela et comment ?

Oui c’est possible. Un peu
À moins que vous ne décidiez de conserver à votre disposition une machine personnelle qui tournerait 24h/24 pour gérer vos courriels, le mieux est déjà sans doute d’employer un logiciel qui utilise les protocoles directement adaptés aux emails nommé courrielleur, par exemple Mozilla Thunderbird, et de choisir le protocole de réception qui efface vos courriers du serveur distant ou POP3 plutôt que IMAP (ce sont leurs noms), le protocole d’envoi restant SMTP.

À partir de maintenant vous pouvez rentrer les paramètres de tous vos comptes mails et vous créer autant vous voulez ; ils seront tous relevés d’un seul coup au lancement de Thunderbird.
J’ai par exemple 4 emails rien que pour le docsanscible.fr, deux me servent de poubelle, trois autres pour trois type de compte précis, et encore quatre pour des usages précis. Vous vous imaginez s’il fallait que j’y aille par le Web ? :D

Une autre fois je vous parlerais cryptage de email. Vous pouvez déjà faire un peu de recherche, mot clef : OpenPGP si le sujet vous intéresse.

Les flux d’actualité

Bien sûr vous adooreeez surfer sur le Web de site en site :)
Bien évidement vous avez des favoris que vous parcourez, régulièrement, à la recherche des nouveautés que vous souhaitez ne pas louper.
Bien entendu vous avez déjà toutes et tous aperçu cette icône ça et là sur des sites, comme par exemple sur la page d’accueil du docsanscible.fr mais vous ne savez pas très bien à quoi cela correspond :

Et bien le grand jour est arrivé :)
Cette icône est celle des flux d’actualités. Il existe plusieurs protocoles, citons RSS et Atom qui sont sans doute les deux plus connus mais il y en a d’autres.

Comment ça marche ?

Sous cet icône un fichier régulièrement actualisé avec les dernières nouveautés du site. Bien entendu vous pouvez tout à fait lire ce fichier, mais un logiciel - un "FeedReader" - qui serait démarré sur votre machine irait à intervalle régulier relever ce fichier pour vous ramener les news et il vous avertirait. Il prendrait ainsi les feeds de tous les sites qui vous intéressent et qui en fournissent.
Un lecteur RSS

Colonne de gauche : tous les flux dans des dossiers
En haut : contenu du flux ou du dossier sélectionné
En bas : contenu détaillé d’une news

Pas du temps de gagné pour faire autre chose ça ? :)

Évidement tout blanc comme ça il n’est pas très joli, mais ce n’est qu’une page simple que je pourrais facilement améliorer avec une feuille de CSS si j’étais plus courageux. Voyez pour faire des pages Web simples dans Webmestres fainéants et fête du slip de la donnée visiteurs

Autres outils indispensables

Des petites fonctions bien pratiques et même indispensbles :)

Une capture d’écran par zone

L’outil capture dans les accessoires des programmes de Windows. Démarrez-le, et épinglez-le donc dans la barre des tâches, et utlisez-le !
Pour faire une capture tout de suite, partout même sans outil, pressez la touche "Impr écran/Syst" en haut à droite de votre clavier. La copie intégrale de votre écran est alors gardée dans le presse papier. Ouvrez ensuite un logiciel d’édition d’image comme "Paint" ou "The Gimp" ou "Photoshop®"... collez-y le contenu du presse-papier (Éditier/coller, ou clic-droit/coller) et redimensionnez histoire de ne pas trop montrer ce que vous n’avez pas à montrer, cachez ce que vous avez à cacher avec un pinceaux ou autre.

Un presse-papier

Copier-coller vous savez faire ? :) Vous sélectionnez du texte, clic droit/copier, puis clic-droit/coller ailleurs la dernière copie.
Le presse -papier est un emplacement mémoire. Mais il existe des presse-papier multiple. Un presse papier multiple se rappelle les XX dernières copies.
L’intérêt ? Et bien par exemple au lieu de faire des navettes entre deux pages pour récupérer les bouts de textes qui vous intéressent vous faites toutes vos copies d’affilé, puis vous changer de document et vous faites tous vos collés d’affilés.
Vous avez copié une adresse web il y a deux heures, vous êtes capables de la retrouver même si vous avez fermé la page.
Il existe de nombreux presses papiers, faite une recherche. En anglais presse-papier se dit "Clipper" abrégé "Clip".

Des raccourcis clavier

Ctrl + A sélectionner
Ctrl + C copier
Ctrl + X couper
Ctrl + V coller
Ctrl + Z annuler
Ctrl + Y refaire
F11 plein écran
F5 rafraichir
...
Nombreux sont les raccourcis clavier. Spécifiques aussi. Je vous conseille de creuser : moins vous n’aurez la souris à manipuler, plus vous gagnerez en temps ; en ergonomie, en facilité, en fatigue...
On mène quasi entièrement certains logiciels d’édition d’image avec des raccourcis clavier... :)

Voilà. ce sera tout pour cette fois :)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.