baniere docsanscible.fr

Accueil > Artistique > Poèmes > Jules > Histoire d’infortune

Histoire d’infortune

mercredi 17 février 2016, par jules

Chaque arbre abattu
Est une bibliothèque brulée.
Cette histoire d’infortune
Ou dialogue rime avec chance
Le prouve aisément.
Elle démarre un beau jour
qu’il fait nuit
Par un lointain appel
Comme celui-ci :
"Ici l’ombre,
Les transferts gagnent aux transferts ;
Et voici nos chantages du jour :
Le portable est sur le meuble.
Je répète :
Le portable est sur le meuble"
"Et je ne le vois pas.
Quelqu’un l’a-t-il déplacé ?"
Mais un gars de renchérir :
"Y’a pas de portable ici
Et y’en a jamais eu
Car les prestations dépendent
De la vitesse du vent
Dans les barreaux de chaise,
Et d’autres facteurs
Comme le facteur x
Où le facteur cheval.
Si vous cherchez un paramètre
Il vous faut allez vers la gare ;
Ils disposent de solutions
Simples comme bonjour
A votre problème éthique,
Et même plus :
Avec un peu de chance
Ils conditionnent parfois des boites à savoir ;
Comme ça vous trouverez la force
d’affronter la réalité ;
Vous pourrez sortir des sentiers battus
Et repeindre vos envies
D’un rayon de vélo,
Mais hâtez-vous :
Ils n’ouvrent pas en journée.
Ils préfèrent brunir leurs os sur la plage
Pendant que nous ricanons des heures durant
A remplir les tâches quotidiennes.
Vous ne pouvez pas vous tromper :
C’est tout droit.
Dès que vous voyez une voiture bleue
Vous tournez à gauche.
La rue est barrée
Mais vous tournez la page

Pour lire la suivante ;
Vous continuez
Comme pour aller au jardin public :
Vous remontez la jarretière,
Lentement, en douceur,
Jusqu’en haut de la cuisse,
Où vous prenez le feu
..............................
Je parle feux tricolores !
Vous écoutez ce que je raconte
Au lieu de vous égarer
Avec je ne sais qui ?
Alors vous l’éteignez
Car vous prenez maintenant
Le deuxième en pleine poire !
Il y en a un troisième un peu plus loin
Au milieu d’un ilot
A coté du kiosque
Visible de biais ;
Mais si !
A angle droit du pont en retrait
Qui retourne un peu sur la ville,
A gauche du panneau "Toutes directions" pour en face
Et derrière le panneau "Autres directions"
Qui part à droite.
Vous le voyez ?
Et bien ce n’est pas lui.
Il faut tourner celui d’avant
Dans l’autre sens
S’il marche, bien entendu.
De là vous allez vers le café des Arts
Où de la République
Je ne me rappelle pas,
Une petite porte discrète rose et verte.
Vous frappez sans sonner
Et c’est là !
Vous trouverez ce qu’il vous faut
Près de ces gens forts convenables
Qui sauront vous faire parler.
Voilà !
Il ne vous reste plus qu’à vous exécuter ;
Soyez prudent tout de même :
Des percepteurs guettent le contribuable sans défense
Si vous êtes attaqué : Criez !
Cela suffit souvent à les faire fuir.
Et si en chemin vous rencontrez Émile,
Mon ami d’enfance
Dans sa tenue de touriste irlandais,
Ce ronchon de première
S’il n’as pas bu sa tisane de queue de radis,
Mon pote de chez pote Émile,
Dites-lui que je compte sur lui :
Ma calculatrice ne marche plus,
Et j’ai laissé mes doigts dans une autre poche.
Comme je ne sais plus trop faire de tête,
Je me sent dans l’obligation
D’aller en parler à mon cheval."

Bricolasserie débotté de "N’imp, le livre en papier de bois d’arbre" en version Alpha téléchargeable ici :

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.