baniere docsanscible.fr

Accueil > Fouille méthodique d’un profil Facebook

Fouille méthodique d’un profil Facebook

vendredi 10 juin 2016, par jules

Pour démasquer un troll ou plus simplement pour essayer de s’assurer de la bonne foi de quelqu’un sur Facebook il n’y a pas 36 solutions : il faut fouiller son profil.

La fouille des profils, qui n’est en aucun cas une violation de la vie privée, est la corvée de tout admin ou modo un tant soit peut soucieux de votre tranquillité sur les groupes de discutions, et devrait être systématique pour tout utilisateur de Facebook en présence d’une demande d’ami peu ou pas connu.
Sachez que les conspis s’y livrent sans vergogne, et que les fashos font même des recherches poussées et vont jusqu’à vous retrouver identifié(e)s par une personne dans les photos d’une autre personne encore, et qui leur serait visible, soit publiquement, soit parce qu’il sont amis de cette personne qui manque de méfiance. Vous voici prévenu(e)s.

Lorsque l’on fouille un profil il n’y a aucune bisounoursie à faire : une fouille est d’abord et avant tout un acte à charge ! Le but n’est pas de blanchir un profil via les bonnes adhésions qu’il a faites ça où là et que sans doute il infiltre : le but est d’abord de le confondre à l’aide de ce qu’il a un peu caché, laisse plus ou moins volontairement en vue afin d’assurer reconnaissance et accessoirement contamination des bisounours.
Fascisme, confusion, conspiration, complotisme avancent masqués avec juste quelques tous petits signes "subliminaux" pour pouvoir se reconnaitre entre eux : rappelez-vous toujours de ceci et sachez reconnaitre ces signes, ces noms, etc...

On démarre une fouille en créant un personnage de paille, en l’habillant de ce que l’on trouve sur sa page, et on voit ce que l’on obtient. Cette technique permet de mettre en évidence des incongruités sinon des anomalies dans l’établissement du profil, et de dégager une cohésion globale du dit profil.

Il existe bien entendu des choses dans une fouille qui amènent à catégoriser de façon certaine un profil : Marion Maréchal Le Pen, Dieudonné, Etienne Chouard, Soral, Asselineau... si l’un d’eux est présent bien sûr, mais dans la grande majorité des cas il convient de former une chaine de petits éléments à charge afin pour pouvoir porter un jugement et prendre une décision.
Il faut aussi savoir rester circonspect et ne pas catégoriser une personne au premier Colibri venu qui passe, car l’humain reste faillible, et les pièges tendus tous mieux décorés les uns que les autres sont nombreux. Par contre une répétition de trop grosses bisournousies, même si la personne n’est manifestement pas conspi, peut révéler un bisounours ; et malheureusement les Bisounours, même non armés, sont dangereux : rappelez-vous toujours aussi que la solidité d’une chaine se juge à la résistance du plus faible de ses maillons, et que - tout à fait tristement - les amis constituent la principale faille de sécurité d’un groupe ou d’un cercle d’amis.

Prêt(te) pour une fouille ? On clique sur le nom et on se rend sur sa page du profil.

Première chose : coup d’œil à sa bannière :

  • Est-il abonnable, c’est à dire : peut-on s’abonner à ses publications ? Les confus-conspis utilisent beaucoup les abonnements qui leurs permettent de refiler des liens, mais également de s’intéresser à une personne qui aurait malencontreusement cliqué sur ce bouton. Ce bouton c’est un peu le bouton des conspis...
  • Montre-t-il un visage ? Il faudra cliquer sur cette photo, faire tourner le carrousel et, s’il y a d’autres photos de profil, vérifier qu’il s’agit bien de la même personne et pas d’un "à peu près ressemblant", qui caractériseraient alors des photos récupérées sur Internet.

Plus bas sur la page, à gauche d’abord :

  • Ses amis, le nombre s’il est visible : moins de 20-30, soit le profil est récent, donc à rapprocher ensuite de son nombre de groupes et de mentions j’aime qui vous décriront son activité ancienne ou pas ; soit c’est un double d’infiltration. Au delà de 2-3-4000... c’est à se demander pourquoi elle ou il vous demande encore en amis, non ??
  • S’il montre des textes, des livres, des films, de la musique...
    On retrouve souvent les mêmes artistes connus un peu passe-partout d’un conspi à l’autre, mais la musique peut aussi être un des quelques rares élément à décharge, si par exemple vous voyez des petits groupes inconnus et frais ou des noms genre qui semblent ne pas trop plaisanter. Par contre Bob Marley ou Stromae ne prouvent vraiment rien !

À gauche :

  • Date de la dernière publication, contenu, dates des précédentes et contenu. La "personne" semble-t-elle engagée ? Dénonce-t-elle ou passe-t-elle juste de la pommade sans intérêt ?

Action !

  • Sous la bannière à droite un petit "Plus" avec un triangle ; on le déroule. Déjà : la liste semble-t-elle modifiée, et si oui jusqu’à quel point (Un "Mention j’aime" pas à sa place, voire en tête de la liste par exemple) ? La modification importante de cette liste est signe que le profil joue de façon précise avec ce qu’il veut montrer ou cacher.
    On clique sur "Mentions j’aime" s’il est présent. L’absence de Mentions j’aime doit rendre un profil immédiatement suspect. Aimer une page permet aux conspis de la suivre et de récupérer des liens, de contaminer, mais parfois il n’a juste pas envie de montrer ses pages trop chaudes...
    L’étude des Mentions j’aime doit être méticuleuse et soignée. On recherche de sales pages : Mr Mondialisation, Colibri, Marine, Réveillez-vous, Dieudonné... bref : de sales noms des sales listes connues, par exemple celle-ci ou encore celle-là (Le raccourci clavier "Ctrl+F" pour faire une recherche dans ces listes).
    Tenter de repérer aussi des changements de cap au fur et à mesure du défilement : les conspis surveillent quasiment toujours plusieurs choses à la fois et naviguent beaucoup d’un groupe à l’autre. Par exemple un J’aime sur quelque chose d’un peu religieux ou une personnalité politique, et plus loin un groupe anarchiste par exemple (entre parenthèses soyez vigilants avec les anars, sujet de prédilection favori des conspis avec la défense animale) est évidement suspect...
    À la fin remarquer la longueur de cette liste. Si elle est très longue (voire interminable) c’est que le profil est ancien, voire très ancien, et c’est aussi un indicateur d’activité. À rapprocher d’autres éléments ; du nombre d’amis par exemple.
    À savoir : il est possible de cacher des mentions j’aime pour qu’elles n’apparaissent pas dans la liste.
  • Toujours dans le "Plus" déroulé : les Groupes. Là encore on cherche des sales groupes. Là encore le nombre parle, et là aussi il peut en être cachés.
  • Dans la bannière de nouveau maintenant les photos et surtout : on clique directement sur "Albums". Faites le tour des photos de profil si cela n’a pas été fait, les bannières peuvent aussi parfois parler, et puis y a-t-il d’autres albums ?
    Voit-on des visages ? Regardez si le nombre de photos annoncé sur l’album est respecté. En effet, Facebook révèle (encore) le vrai nombre de photos dans l’album, ce qui est fort pratique pour savoir s’il en est de cachées ;) reste à savoir combien de temps ça durera... Si la personne manipule les confidentialités par images plutôt que de cacher des albums entiers, c’est sans doute qu’elle cherche à en montrer le plus possible pour être crédible alors qu’en réalité elle n’a pas grand chose d’acceptable à montrer à l’utilisateur innocent que vous êtes.
    Étudiez les photos avec soin : les conspis sont généralement mal à l’aise avec les images qui les obligent à parcourir Internet pour en récupérer. Un petit nombre d’images avec un grand nombre de j’aime et/ou de groupes est là encore un flagrant manque de cohérence.
    Accessoirement vous pouvez faire une recherche sur un portrait avec par exemple TinEyes ou Google Images. Si vous le dénichez ailleurs, par exemple sur un site d’images libres de droits ou une rubrique d’avis de décès par exemple, ce devrait pouvoir risquer d’être fort dommageable pour ce profil :)
    Une remarque cependant : les albums photo peuvent aussi constituer un élément à décharge : photos vraiment personnelles ou de famille, avec des bouilles, etc... Attention : les flics montrent leur famille, bien qu’il s’agisse de leurs profil privé, et font néanmoins, vous le savez très bien, des heures sup’. Ce qui les trahis souvent c’est la belle qualité de leurs photos : déformation professionnelle oblige :)
  • Bannière encore : les amis. Déjà les amis en communs que Facebook vous montre dans tous les cas : Sont-ce les plus bisounours de vos amis ou y a-t-il de vos amis méfiants ?
    Sinon, s’il choisit de les montrer pas grand chose à dire ; voir des têtes que l’on a déjà repérées. Évidement si vous croisez Eienne Chouard ou Dieudonné en amis perso par exemple, inutile de vous dire ce que vous avez à faire ? :)
    Remarque à propos des amis en communs : si vous voyez que vous avez affaire à un conspi avéré, un petit MP à eux ?
  • Banière toujours : À propos. Voyez quel genre d’informations personnelles il laisse. Ce peut être un élément à charge comme à décharge. Attention toutefois, certains remplissent. Un détail qui peut faire la différence : y a-t-il la possibilité de lui demander son numéro de téléphone ?
  • Bannière enfin : le Journal, et vous en avez terminé. Vous pouvez détailler ses publications, voir encore si vous pouvez descendre bas et donc, s’il tente de limiter la visibilité de ses anciennes publications de manière à masquer ses changements de cap par exemple.
    Si vous voyez une sale publication raciste ou xénophobe vous pouvez la signaler à Facebook. Vous pouvez signaler un sale site en lien à
    Internet Signalement

Et nous auront à peu près fait le tour. Vous pouvez à présent examiner la globalité de "l’homme de paille" que vous avez créé et devriez avoir à présent une idée plus précise de à qui ou à quoi vous avez à faire.
Encore une fois, sauf truc énorme, aucun des éléments que vous avez dénichés, pris isolément n’est susceptible de caractériser un état de conspi formel. Et si le profil ne montre rien du tout c’est qu’elle ou il est venu sur Facebook pour se cacher :)

Voici en gros ce que moi je fais pour démasquer les trolls, mais ça c’est le plus fastoche :) Après il faut détroller :D Voir à ce sujet la page "Kit de survie en milieu trollé"

À vous de jouer maintenant :)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.