baniere docsanscible.fr

Accueil > Sociétale > Fritter mon frère, mon voisin, mon poto... ? Oh non !

Fritter mon frère, mon voisin, mon poto... ? Oh non !

mardi 29 décembre 2015

Très cher voisin, frère et ami. Cousin, connaissance, collègue... camarade peut-être,

Non ça ne va pas se fritter avec le front national.
Ça va pas se fritter avec le front National parce qu’on va tout faire, jusqu’au dernier instant de notre dernier souffle pour pas que ça se fritte avec le Front national ; et sinon nous risquerions de tomber dans la conspiration qu’aurait amené le complotisme issu de la la confusion latente à laquelle nous aurions cédé, et franchement cela ne serait vraiment pas bien.
En fait rien n’abrégera jamais le dialogue social que les pires détours et tréfonds de Ce même dialogue social.

Alors bien sûr une ou un imbécile cédera peut-être un jour sous la pression provocatrice, et ce sera l’étincelle qui, mais toi et moi avons tout observé et tomberont absolument des nues chaque instant (d’ailleurs c’est déjà le cas j’en suis convaincu) "Ah mais comment, je ne peux plus exécuter [tel ou tel acte quotidien normal] ?" - sans avoir préalablement oublié voire répété autant que necéssaire aussi doucement que necéssaire si cela n’a été entendu : "bonjour" "s’il vous plait" "merci" "au revoir" ?

Chaque instant de chaque seconde de la vie ou sans doute de ce qu’il en reste nous devons le passer à croire que la paix est possible pour ne pas dire obligatoire sur cette planète que nous avons et auront toujours à partager quoi qu’il arrive, et même un état de guerre ne nous fera verser dans l’énervement qui nous amènerait sans même nous en rendre compte à crever notre salopard de voisin, frère, ami, cousin, connaissance, collègue, camarade...

Quelque soit la manigance social qui ombrage les pans entiers de l’information, tronque les rumeurs, flingue les pigeons voyageurs, nous irons nous sourcer d’abord dans l’humain, ensuite dans le vivant, afin qu’au travers de ses sourires refleurisse chaque instant la joie de vivre

Peu nous chaud dans le fond que passe ou pas le Front national : sans notre aval à nous il ne vaut pas grand chose.
Et que cela lui convienne ou pas, sa dirigeance dans l’indifférence ne restera que moulin à vent. Ça tombe bien nous avons besoin d’Éoliennes

Pas question de laisser passer ce que l’on tente de nous faire croire comme inéluctable, et chante dans le désert à qui l’impose

Bien à toi cher voisin, frère, ami. cousin, connaissance, collègue... camarade peut-être...

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.